Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

N'éteins pas la lumière de Bernard Minier

N'éteins pas la lumière

Bernard Minier

Editions XO

616 pages

« Tu l'as laissée mourir... » Christine Steinmeyer croyait que la missive trouvée le soir de Noël dans sa boîte aux lettres ne lui était pas destinée. Mais l'homme qui l'interpelle en direct à la radio, dans son émission, semble persuadé du contraire... Bientôt, les incidents se multiplient, comme si quelqu'un avait pris le contrôle de son existence. Tout ce qui faisait tenir Christine debout s'effondre. Avant que l'horreur fasse irruption. Martin Servaz, de son côté, a reçu par la poste la clé d'une chambre d hôtel. Une chambre où une artiste plasticienne s'est donné la mort un an plus tôt. Quelqu'un veut le voir reprendre du service... ce qu'il va faire, à l'insu de sa hiérarchie et de ses collègues. Et si nos proches n'étaient pas ce que nous croyons ? Et si dans l'obscurité certains secrets refusaient de mourir ? Non, n'éteignez pas la lumière, ou alors préparez-vous au pire...

Mon avis : Ayant beaucoup aimé ses deux romans précédents "Glacé" et "Le cercle", il était impossible que je ne lise pas la suite des aventures de Martin Servaz. Pour son troisième thriller, Bernard Minier nous délivre un roman noir avec pour thèmes principaux : la manipulation mentale et le harcèlement.

On retrouve Martin dans un hôpital psychiatrique qui sert de maison de repos pour policiers surmenés. Il se remet tout doucement du cadeau empoisonné de Hirtmann : le coeur de son amour de jeunesse : Marianne.

Un matin, il reçoit anonymement par la poste la clé d'une chambre d'hôtel, après réflexion, il décide de s'y rendre. Sur place, il apprend que la chambre est connue parce q'une jeune femme célèbre, s'y est suicidée, un an plus tôt; il n'en fallait pas plus pour que ses instincts de flic refassent surface.

Parallèlement, nous suivons Christine, une jeune femme qui voit sa vie basculer le jour de Noël quand elle reçoit une lettre de suicide anonyme. Au fil des jours sa vie bascule en enfer : on l'accuse d'harcèlement au travail, on s'introduit chez elle et son chien finit blessé dans le vide ordure.

On ne peut pas dire qu'il y ait beaucoup d'action mais c'est un polar noir, stressant. J'ai bien aimé le côté angoissant des opéras qui donne une atmosphère lugubre et funèbre au roman. Il m'a peut-être manqué un peu plus de terreur dans le harcèlement, car on sent la menace supposée mais au final peu présente.

J'ai bien aimé Christine, un personnage très complexe, qui va étonner jusqu'à la fin. Martin est beaucoup moins présent au départ, Iréne Ziegler a disparu du paysage, dommage car j'aimais beaucoup le duo d'enquêteur, j'avais l'impression que cela donnait un peu plus de rythme au roman.

Mais pour tout vous dire, j'ai cru que je n'allais pas y arriver. Les deux cents premières pages sont soporifiques et si l'on ne m'avait pas dit que ce roman était super, j'aurais laissé tomber Il en aurait été dommage car passé ce passage mollasson et ennuyeux, je me suis régalée.

Tag(s) : #Mes lectures 2015, #Thriller, #Bernard Minier