Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Troisième Humanité Tome 3 : La voix de la terre de Bernard Werber

Troisième Humanité Tome 3 : La voix de la terre

Bernard Werber

Editions Albin Michel

585 pages

7 joueurs, 7 visions du futur. Chacun tente d'influencer l'avenir. Mais c'est sans compter sur le 8e joueur, notre mère la Terre, qui n'a pas dit son dernier mot ...

Mon avis : Dernier tome de la série de Bernard Werber après "Troisième humanité", "Les Micro Humains" voici "La voix de la terre". Dans le premier tome David Wells s'était rendu compte que l'évolution de l'homme allait vers le rapetissement, il créa donc les Micro Humain : Les Emachs (MH). Dans le deuxième, on suit leur évolution et leur intégration à la nation humaine.

Dix ans ont passé, les Emach vivent dans une îles des Acores à "Microland" et attirent bien des convoitises, ils sont à la pointe de la technologie et de l'évolution. Si certains tentent de s'installer sur la lune, le papillon des étoiles décolle enfin avec ses centaines de milliers de voyageurs à la recherche d'une autre planète habitable.

Cependant, certains dirigeants avides de pouvoir complotent et décident de déclencher une troisième guerre mondiale. Les Emachs se déclarent neutres mais jouent sur les deux tableaux en vendant aux uns et aux autres des armes de dernière génération.

Jusqu'au jour o l'un des camps largue sur l'île une bombe nucléaire.

Mais la planète souffre aussi et Gaïa voit arriver une astéroïde féconde et à sa grande surprise arrive à établir une relation avec elle. Quelle n'est pas son bonheur de pouvoir enfin trouver un compagnon même si son arrivée et leur collision va anéantir toute vie sur terre.

Sous fond de troisième guerre mondiale, Bernard Werber assène encore quelques vérités bien placées : les folies guerrières, le pouvoir, l'argent. Une véritable besoin de contrôler les peuples au travers de la religion (L'auteur devait sentir les événements du 11 janvier 2015).

Du rythme, de l'action, j'ai vraiment adoré ce roman jusqu'au 3/4 après je l'ai trouvé un peu longuet et la fin m'a laissé dubitative mais j'aime toujours autant l'histoire de l'échiquier hexagonal.

Lois de Murphy :

92 - En essayant continuellement, on finit par réussir. Donc plus ça rate, plus on a de chance que ça marche.

Extrait : L'amour idéal ... c'est quand on s'aime soit même. Et c'est le plus difficile de tous les sentiments amoureux.

Tag(s) : #Mes lectures 2015, #Bernard Werber, #Science-fiction