Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profanes de Jeanne Benameur

Profanes

Jeanne Benameur

Editions Actes Sud

280 pages

Ancien chirurgien du coeur, il y a longtemps qu’Octave Lassalle ne sauve plus de vies. À quatre-vingt-dix ans, bien qu’il n’ait encore besoin de personne, Octave anticipe : il se compose une “équipe”. Comme autour d’une table d’opération – mais cette fois-ci, c’est sa propre peau qu’il sauve. Il organise le découpage de ses jours et de ses nuits en quatre temps, confiés à quatre “accompagnateurs” choisis avec soin. Chacun est porteur d’un élan de vie aussi fort que le sien, aussi fort retenu par des ombres et des blessures anciennes. Et chaque blessure est un écho.
Dans le geste ambitieux d’ouvrir le temps, cette improbable communauté tissée d’invisibles liens autour d’indicibles pertes acquiert, dans l’être ensemble, l’élan qu’il faut pour continuer. Et dans le frottement de sa vie à d’autres vies, l’ex-docteur Lassalle va trouver un chemin.
Jeanne Benameur bâtit un édifice à la vie à la mort, un roman qui affirme un engagement farouche. Dans un monde où la complexité perd du terrain au bénéfice du manichéisme, elle investit l’inépuisable et passionnant territoire du doute. Contre une galopante toute-puissance du dogme, Profanes fait le choix déterminé de la seule foi qui vaille : celle de l’homme en l’homme.

Mon avis : Je n'avais jamais entendu parler de Jeanne Benameur avant de voir le billet de Faurelix sur son blog. Le hasard a fait que je tombe par sur son livre "Profanes", je l'ai commencé dans la foulée.

A quatre vingt dix ans, Octave, chirurgien de métier se voit terminer sa vie tout seul, sa fille est morte dans un accident de voiture et sa femme l'a quitté. Il décide de passer une annonce pour "recruter" une équipe comme au bon vieux temps pour finir ses vieux jours. Trois femmes et un homme.

Marc viendra le matin, il ouvrira la maison et s'occupera du jardin, Héléne, peintre, prendra la suite et devra immortaliser toutes les choses du passé ensuite viendra Yolande chargée de vider la maison de ses choses inutiles et pour terminer Béatrice étudiante infirmière passera la nuit.

Le moment est venu de les faire se rencontrer :

Page 9 «Ils sont là, derrière la porte. Il ne faut pas que je rate mon entrée. Maintenant que je les ai trouvés, tous les quatre, que je les ai rassemblés, il va falloir que je les réunisse. Réunir, ce n'est pas juste faire asseoir des gens dans la même pièce, un jour. C'est plus subtil. Il faut qu'entre eux se tisse quelque chose de fort. Autour de moi, mais en dehors de moi.»

Un cocon se forme d'êtres meurtris, amochés, cinq destins vont se croiser pour pouvoir se guérir, s'apaiser et se réconcilier avec la vie. La maison d'Octave va devenir un refuge.

Passé la première page et la rencontre avec Octave, j'avoue que j'ai eu un peu de mal à accrocher au portrait des autres personnages mais je pense que cela est du à l'écriture parfois un peu ampoulée ; mais dès que tous les destins se mêlent , l'histoire devient passionnante.

Un bon moment de lecture, le style d'écriture m'a un peu gêné mais je note de renouveler l’expérience "Jeanne Benameur"

Quelques notes au passage :

- " Il n'y avait qu'à laisser faire la vie. Quand tu la retournes , elle te retourne".

- " La seule chose que j'ai exigée d'Anna, c'est qu'il n'y est pas d'incinération. Son corps devait se joindre à chaque brin d'herbe, à chaque parcelle de terre. Le corps de Claire doit reverdir dans chaque arbre, dans chaque pousse de printemps".

Tag(s) : #Mes lectures 2013, #Contemporain, #Jeanne Benameur