Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quitter le monde
Douglas Kennedy
Belfond - 492 pages




Jane n'a que treize ans lorsque, lors d'un dîner à l'ambiance particulièrement lourde, elle annonce à ses parents qu'elle ne se mariera jamais. Une phrase d'apparence anodine aux conséquences désastreuses : son père quitte le foyer presque sur-le-champ ; quant à sa mère, elle tient Jane pour directement responsable de l'échec de son mariage.
Quelques années plus tard, étudiante en lettres à Harvard, Jane entame une liaison avec son professeur.
Pendant quatre ans, elle vit dans l'ombre mais heureuse avec cet homme qui la fascine. Bonheur brutalement interrompu par la mort de son amant, dans des circonstances obscures.
Jane trouve alors un poste dans une très lucrative entreprise de trading. Mais en voulant faire parvenir de l'argent à son père qui se prétend ruiné, Jane attire l'attention du FBI qui lui révèle les véritables occupations de celui qui est en fait un escroc international.

Mon avis : Devant les déchirements incéssants de ses parents Jane leur annonce qu'elle ne se mariera jamais et qu'elle n'aura jamais d'enfants. Elle ne se doute pas des conséquences de ses paroles, son pére les quitte.
Adulte , Jane trés naïve va s'amouracher de son directeur de thése, fera  un enfant avec un excentrique qui l'a ruinera, perdera son enfant, se fera excroquer par son pére et recherchera l'amour de sa mére qui la rejetera jusque sur son lit d'hopital.
Donc elle décide de faire ses valises et de quitter le monde ... de disparaître.
J'ai bien aimé même si parfois je lui aurai mis des claques de se mettre dans des situations pareilles. Douglas Kennedy écrit toujours aussi bien même si j'ai trouvé quelques longueurs notamment dans certaines explications sur la litterature américaine, le cinéma et la musique. Il me fait penser un peu à Jonathan Tropper c'est des histoires à la sauce americaine mais il lui manque un peu d'humour

Quelques citations :

- "Entre l'intention et l'acte" s'étendent les ombres. T.S. Eliot

- Une pensée de Pascal "selon laquelle tous le malheur des hommes vient de ne pas savoir demeurer en repos dans une champre"

- Un serment silencieux qu'une mére fait en baissant les yeux sur son bébé : "j'essaierai de faire de mon mieux pour toi, toujours"

- Citation de Samuel Beckett "Il faut continuer, je ne peux pas continuer, je vais continuer"

- Le premier anniversaire d'un deuil est un moment terrible, non seulement parce que l'on réalise que toute une année s'est écoulée depuis que son univers a volé en éclats mais aussi parce que l'on se rend compte que le temps n'a pas refermé la blessure et ne la refermera jamais.

9/10

Tag(s) : #Mes lectures 2009, #Contemporain, #Douglas Kennedy