Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants

Mathias Enard

Actes Sud

152 pages

 

9782742793624 

 

13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu'il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l'invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d'un pont sur la Corne d'Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l'étrangeté byzantine, Michel Ange, l'homme de la Renaissance, esquisse avec l'Orient un sublime rendez-vous manqué.

Mon avis : Chaque année, j'essaye de lire au moins un livre qui a reçu un prix. j'ai lu Purge de Sofie Oskanen qui a reçu le Fémina et j'ai décidé de me lancer dans celui ci car j'ai beaucoup aimé le titre mais c'est quand même avec un peu d'appréhension car j'ai encore un trop mauvais souvenir du pavé de mille pages des Bienveillantes.

 

Un livre historique : Michel-Ange en bise en bise avec le Pape Jules II décide de répondre favorablement à l'invitation du sultan Turc. Le voilà partit  à Constantinople (actuellement Istanbul) pour construire un pont sur la Corne d'Or. Il arrive dans un pays qui va l'envouter, le charmer où il va s'oublier, s'enliser dans la torpeur de cette ville orientals. Il va côtoyer l'amour, la haine, la vengeance, l'art et la poésie et  fuir ce pays avec autant d'empressement qu'il est arrivé.

Il va vouloir aussi défier Léonard De Vinci à qui le projet a été refusé.

 

Un livre écrit tout en douceur, en poésie. C'est lent et on a un peu le sentiment d'étouffer. Des phrases faites d'adjectifs et de mots :  voile latine, tourmentin, balancine, drisse, déferlage, garcette, cabestan ou poivre en grains, bâtons de cannelle, muscade, piments séchés, pistils de safran, herbe du turc etc ...

 

C'est avec beaucoup d'étonnement que je me suis mise à aimer ce livre et que je me suis laissée balader dans les échoppes, dans les tavernes avec leurs danseuses orientales où le vin couleur rubis coule à flot où l'opium indispensable passe de main en main.


Difficile de dire quand même que ce livre est le prix Goncourt des Lycéens, je ne crois pas qu'à cet âge on puisse l'apprécer pleinement. Le conseiller ? on aime ou on n'aime pas. A vous de faire votre opinion.

Tag(s) : #Mes lectures 2011, #Contemporain, #Mathias Enard