Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Maria

Pierre Pelot

Editions Héloise d'Ormesson

126 pages

 

9782350871554.gif

 

Les Vosges sous l'occupation nazie. Maria est institutrice. D'une beauté saisissante, elle coule des jours insouciants avec son mari, Jean, patron du bistrot du coin. Lorsque les maquisards viennent la chercher à l'école devant ses élèves, ils promettent de la ramener bientôt, que tout ira bien… Commence alors le calvaire de Maria. Un calvaire qui durera toute sa vie. Car voilà : Jean est un traître, un collabo, et beaucoup sont morts par sa faute. Pour l'avoir aimé, Maria sera battue, torturée puis violée, avec à jamais gravé en elle la disgrâce et la cruauté de ceux que la France élèvera bientôt au rang de héros. Elle n'en parlera à personne. Cinquante ans plus tard, un jeune homme arrive dans cette vallée par une nuit neigeuse. Il vient rendre visite à l'une des pensionnaires de la maison de retraite. La voix fatiguée d'une conteuse sur les ondes d'une radio locale l'accompagne dans son périple nocturne. Pour ses auditeurs, elle évoque l'histoire de ces terres où gèlent les eaux de la Moselle. Les fantômes du passé planent sur son récit. Avec Maria, Pierre Pelot revient à sa géographie intime, honorant, dans cette langue percutante et sensible, la mémoire d'une région aussi écorchée que son personnage. Alors que la neige fond et devient boue, visages des résistants et des nazis se confondent.

 

Mon avis : Un petit livre de 126 pages sur l'occupation nazie en Lorraine, durant la seconde guerre mondiale qui traite de la résistance, de la collaboration, de la traitrise. Un roman qui se lit rapidement, on alterne avec le passé dans les années 40 et le présent ; Maria tenait un bistrot avec son mari qui la trahira de bien des façons, elle vit maintenant dans une maison de retraite, elle est la voix éraillée de la radio Vallées et Chaumes.

 

Nous suivons donc Maria 80 ans, animatrice d'une émission radio qui fut une femme trahie, battue, baffouée, jetée en pature sur la place publique, son mari ayant été accusé de collaborer avec l'ennemi. A la fin de la guerre elle sera abandonnée par son fils qui depuis tout petit ne pourra plus supporter les quolibets, les insultes des ses camarades et s'enfuira.

 

Mais c'est aussi l'histoire d'une vengeance ... car on sait que c'est un plat qui son mange froid :) Un livre qui se termine par une phrase sur la quatrième de couverture : "La barbarie n'est pas le monopole de l'ennemi".

 

Un bon moment de lecture même si j'ai sauté certains passages notemment les récits de Maria à la radio, je ne fus pas emballée par l'histoire de la lorraine de l'an 800 à l'an 1600. Une fin inattendue sur certains points .. d'autres plus faciles à deviner.

 

Tag(s) : #Mes lectures 2011, #Historique, #Pierre Pelot