Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le protectorat de l'ombrelle

Sans âme T1

Gail Carriger

Editions Orbit

313 pages

 

9782360510269.gif

 

Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté. Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?

Mon avis : J'hésitais à lire ce livre et quand Mypianocanta m'a gentiment dit qu'elle le faisait voyager et que je pouvais m'inscrire, je n'ai pas résisté, j'ai sauté la pas. Merci beaucoup. Donc c'est avec joie que je me suis jetée sur le livre et là oups oups oups trois oups, ce fut la grosse galère car je me suis ennuyée et j'ai lu les dernières pages en diagonale !!

 

Armée de patience, le début ne m'a pas spécialement pertubé, j'étais parée, tout le monde disait qu'il fallait passer les cent premières pages pour tomber dans le vif du sujet. Malgré un style d'écriture qui m'a profondément perturbé j'ai même été jusqu'à relire certaines phrases, j'ai persévéré !!! mais je me suis profondément ennuyée, enlisée dans des longueurs sans fin, j'ai trouvé que ce livre manquait cruellement d'action.

 

Par contre j'ai vraiment aimé la période victorienne avec ses vampires, ses loups-garous et notre héroïne sans âme. Alexia est une vieille fille de 27 ans !!! même si je l'aurais apprécié un peu plus intrépide, son humour et son ombrelle m'ont beaucoup plu. Ses joutes verbales avec Lord Conall Maccon m'ont particulièrement amusées et pour compléter le tableau : des soeurs précieuses et une mère un peu histérique en conclusion des personnages hauts en couleur.

 

Pourtant, je ne suis jamais rentrée dans le livre, je n'ai jamais adhérée à l'histoire que j'ai trouvé trop extravagante surtout sur la fin avec l'arrivée du pseudo automate. Je ne pense pas lire la suite, je suis super déçue car on n'est pas nombreux à n'avoir pas aimé ce livre, j'ai peur d'être passée à côté.

 

Vous pouvez aller chez Frankie ou Azariel  leurs avis sont dythirambiques, heureusement que ceux de Sookies et Scor13  m'ont rassuré.

Tag(s) : #Mes lectures 2011, #Science-fiction, #Gail Carriger