Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le nazi et le barbier

Edgar Hilsenrath

Editions Points

488 pages

 

9782757828533

 

1933. Max, le fils bâtard de la pute Minna Schulz, s'enrôle dans les SS à l'arrivée d'Hitler au pouvoir. Affecté dans un camp d'extermination, où disparaissent son meilleur ami (juif) et toute sa famille, il décide à la fin de la guerre de se faire passer pour juif... et endosse l'identité de son ami assassiné. Max Schulz, devenu Itzig Finkelstein, épouse la cause juive, traverse l'Europe et rejoint la Palestine, où il devient barbier et sioniste fanatique. Le Nazi et le Barbier fut, trente ans avant Les Bienveillantes, le premier roman sur l'Holocauste écrit du point de vue du bourreau. L'humour (noir) en plus.

 

Mon avis : Cela fait quelque temps que je reçois un petit livret des Editions Points qui nous présente les sorties à venir chez eux et dans le dernier j'ai été attiré par ce livre. J'ai trouvé la couverture accrocheuse, le titre intriguant et la quatrième de couverture vraiment originale. Il ne m'en a pas fallu plus pour aller l'acheter directement et j'ai bien fait car c'est un livre impensable, je tire mon chapeau à l'auteur et je suis curieuse de lire un autre de ses livres.

 

Max Schulz est  né en 1907, de père inconnu, enfin pas si inconnu que ça car c'est soit le fils du boucher ou du serrurier ou de l'apprenti maçon ou du cocher ou du majordome !!! soit cinq pères, c'est un aryen. Dans l'immeuble d'à côté le même jour presque à la même heure né Itzig Finkelstein, juif. Ils vont devenir les meilleurs amis du monde, suivre les mêmes études mais l'arrivée au pouvoir d'Hitler va changer bien des choses.

 

Enfant battu, Max Shulz obéit au doigt et à l'oeil. Il s'enrôle dans les SS et quand on va lui dire qu'il doit tuer tous les juifs et bien pas problème, il dégomme !! et cela ne  lui pose aucun probléme de conscience, on lui a dit de le faire alors il exécute les ordres, de toute façon tout le monde sait qu'il est un peu fêlé, mais bientôt le vent tourne.

 

Pas de soucis pour lui, il y en a qui deviennent plus royaliste que le roi et bien lui, il va devenir plus juif que le juif. Il est Itzig Finkelstein. Il m'a fait rire car il est d'un aplomb hallucinant et c'est effrayant la façon dont il rentre dans le rôle du persécuteur persécuté.

 

Un livre que je vous conseille, les cent premières pages sont difficiles à passer mais après tout s'enchaîne, c'est sarcastique, cocasse, drole, ça fait grincer des dents mais c'est un pur régal. Le passage chez Veronia la sorcière m'a beaucoup plu. C'est un livre qui ne se raconte pas ... il faut le lire.

 

Extrait p 15 :

 

"Ecoute Minna, a dit Hilda l'asperge. Voilà comment ça se passe : un type va venir qu'ils s'appellent le mohel. Ce type, il a un long couteau avec une lame à double tranchant. Et avec ça il lui coupe la quéquette. Sur quoi il marmonne quelques formules magiques et la bite coupée repousse. Ni trop longue ni trop courte. Pile poil la bonne longueur. Et surtout : plus grosse et plus vigoureuse. C'est pour ça que les juifs ont tant d'enfants.

 

Extrait p 203 :

(Contexte : il essaye de revendre au marché noir, les dent en or des juifs qui l'a assassiné)

 

J'aurais voulu leur dire : "Mais pas du tout, ce sont les dents des juifs assassinés ! " Mais c'était impossible. De toute façon, à quoi bon discuter avec des antisémites. Ils sont incorrigibles.

 

Extrait p 309 :

 

Itzig Finkelstein s'était trop souvent métamorphosé déjà. L'innocent nourisson autrefois appelé Max Schulz était devenu un petit chasseur de rats. Le chasseur de rats, un jeune homme instruit. Le jeune instruit, un barbier. Le barbier, un SS. Le SS, un génocidaire. Le génocidaire ... Itzig Finkelstein, petit trafiquant du marché noir. Et maintenant ? Le petit trafiquant Itzig Finkelstein était devenu un pionnier, de retour chez lui, combattant pour la liberté.

 

Extrait p 315 :

 

Vous dites ? Ca n'existe pas ? Personne n'est aussi con pour travailler à l'oeil ! surtout pas un Juif ! Je me serai trompé ? Ce serait peut-être pas des juifs ... Si si. C'est bien des Juifs.

Tag(s) : #Mes lectures 2012, #Contemporain, #Edgar Hilsenrath