Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le miroir de Cassandre
Bernard Werber
Albin Michel
628 pages


9782226194022

Ses parents disparus ont voué Cassandre au malheur en la programmant à devenir voyante ! Comme l’héroïne grecque dont elle porte le nom, la jeune fille est capable de prévoir les catastrophes, et comme elle, personne ne l’écoute… Aux lisières d’un Paris futuriste hanté par des êtres revenus à l’état sauvage, Cassandre et ses étranges amis vont essayer de sauver un monde qui court à sa perte, menacé par la surpopulation, la pollution, les guerres, les épidémies et le terrorisme. Un conte-fleuve sur l'origine et la fin des temps, la destinée de l'Homme, les pièges de la fatalité et de la liberté.

Mon avis :  C'est avec un peu d'appréhension que j'ai commencé le dernier livre de Bernard Werber. J'avais tellement été déçue du T3 de "Nous les dieux" que je ne savais pas si j'allais continuer à lire ses livres ; pourtant je n'en ai pas raté un seul depuis le début. Finalement bien m'en a pris car  j'ai adoré du début jusqu'a la fin. Décidement je suis toujours aussi fan de cet auteur.

Cassandre s'échappe du centre d'autistes "Les hirondelles" avec un trou de mémoire de sa naissance à 13 ans. Elle se rappelle juste de l'attentat en Egypte qui a couté la vie à ses parents. Comme son  aieul  l'antique Cassandre  grecque, elle a un don pour voir dans le futur mais la malédiction veut que personne ne puisse la croire.

Complétement perdue, elle erre dans Paris, recueillie par des clochards dans un dépôtoir. Elle va monter son "armée" avec cette bande de trublions pour contrer les attentats qui se fomentent sur Paris et pour bien sur retrouver cette mémoire perdue.

 

Je me suis régalée et j'ai beaucoup ri en suivant cette bande de gueux vivants dans la décharge publique au Nord de Paris, une tribu éclectique : Orlando un ancien de la légion, Esmeralda une ancienne actrice de porno, Fetna un noir vaudou gourou et kim l'asiatique sans papier.

 

C'est assurement du Werber : ses récits sont toujours entrecoupés de petites notes. Cette fois, ses reflexions sont axées sur l'éthymologie des mots, les proverbes et leur application contraire. J'ai l'impression que Bernard Werber a voulu aussi lancer un cri pour les générations futures en peignant un avenir plutôt sombre sur notre société de consommation.

 

Quelques extraits que j'ai bien aimés :

- "Si les gens qui disent du mal de moi savaient ce que je pense d'eux, ils en diraient davantage."

- "Faut trouver les bons partenaires. Les mecs, quand ils sont beaux, ils sont bêtes. Quand ils sont intelligents, ils sont moches. Et quand ils sont beaux et intelligents, ils sont homos.

- "La dictature c'est : ferme ta gueule. La démocratie c'est : cause toujours".

- "Les optimistes sont des gens mal informés".

Vous pouvez aller voir l'avis enthousiaste de Jess et ceux de plus modérés chez Tulisquoi, Lexounet, Jostein et peut-être d'autres sur Bibliomania.

10/10



 

Tag(s) : #Mes lectures 2010, #Contemporain, #Bernard Werber