Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le goût des pépins de pomme

Katharina Hagena

Editions Anne Carriére

267 pages

 

9782253157052

 

A la mort de Bertha, ses trois filles, Inga. Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l'Allemagne, pour la lecture du testament. A sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu'elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n'envisage pas, dans un premier temps, de la conserver. Mais, à mesure qu'elle redécouvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l'entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l'histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes. Katharina Hagena nous livre ici un grand roman sur le thème du souvenir et de l'oubli.

 

Mon avis :  J'ai tout d'abord été attirée par la couverture que j'ai trouvée magnifique puis j'ai trouvé le titre acccrocheur qui me mettait l'eau à la bouche : "Le goût des pépins de pomme" donc c'est avec grand plaisir que j'ai commencé ce roman  mais dès les premières pages j'ai pris une douche froide ...
Pendant une centaine de pages, le style est assez confus, ampoulé, alambiqué, j'avais eu du mal à suivre l'histoire mais fort heureusement j'ai persisté car je serais passée à côté d'un livre que j'ai finalement beaucoup aimé. 

 

Contre toute attente c'est Iris sa petite fille qui hérite de la maison de Bertha et non ses trois filles, juste après l'enterrement elle s'y installe pour faire un peu de tri mais avec la ferme résolution de la mettre en vente rapidement. Au fur et à mesure elle se réaproprie les piéces et redécouvre la vie des ses grands-parents et de ses soeurs.

 

Ce livre traite des derniers instants de sa grand-mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, du décés abrupt et soudain de Rosemarie sa cousine, la fille d'Harriet. C'est le destin de toutes ces femmes qui ont gravité autour de cette vieille batisse et qui se sont perdues dans ce jardin odorant rempli de fleurs, d'épices, de pommiers et de souvenirs.

 

Après un départ un peu confus où je me suis vraiment demandé si je n'allais pas abandonner, j'ai beaucoup aimé suivre la vie, les hauts, les bas de ces personnages plutôt énigmatiques. C'est un roman très doux, feutré et rempli d'humour surtout avec Harriet qui nait pendant un orage et qui donne des décharges électriques à qui la touche. Un livre sur le temps qui passe et qui s'écoule lentement au fil des générations et des malheurs.

 

Un extrait :

 

"Je me tenais près de la clôture du jardin et tâtais d'un doigt la cicatrice à la racine de mon nez. J'en vins à songer à d'autres blessures. Des années durant, je m'y étais refusée. Les blessures se présentaient d'elles-mêmes, elles allaient avec l'héritage. Et il fallait au moins que je les regarde une fois avant de pouvoir leur appliquer le pansement du temps."

 


 

Tag(s) : #Mes lectures 2011, #Contemporain, #Katharina Hagena