Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva un mardi

Rachel Joyce

Editions XO

364 pages

 

9782361070304

 

Jeune retraité à la vie bien rangée, malmené par une épouse exaspérée par le moindre de ses gestes, Harold Fry reçoit un matin une lettre de Queenie, une
vieille amie perdue de vue qui lui annonce sa mort prochaine. Une lettre à laquelle Harold s’empresse de répondre mais qu'il ne postera jamais. Mû par l'intuition qu’il doit remettre cette lettre en main propre à son amie et que, tant qu’il marchera, elle vivra, sans boussole ni carte, sans téléphone ni chaussures de marche, Harold entame une traversée de près de 1 000 km à travers l'Angleterre.
L’occasion pour lui de réfléchir sur sa vie : son enfance douloureuse entre un père alcoolique et une mère absente, sa relation avec sa femme, Maureen, et leur première rencontre, ses rendez-vous manqués avec son fils David, sa vie professionnelle ratée, l’alcool, Queenie... Le destin d’un homme ordinaire prêt à traverser à pied un pays tout entier sur la seule certitude qu’il peut par ce geste sauver son amie.
 
Dans un premier temps, je tiens à remercier Livraddict et Les éditions XO pour ce partenariat.
 
Mon avis : En effet, la lettre que va revecoir Harold Fry un mardi, va bouleverser et changer le destin de ce jeune retraité . C'est Queenie Hennessi, une ancienne collègue de travail qui lui écrit depuis Berwick où elle est hospitalisée en phase terminale d'un cancer. Elle lui écrit un mot d'adieu et le remercie d'avoir été toujours là pour elle.
 
Harold lui répond et décide d'aller poster immédiatement la lettre mais arrivant à la boite aux lettres et trouvant que sa promenade n'est pas assez longue, il décide d'aller à la prochaine, puis la suivante. La faim l'arrête finalement dans une station service où il goûte un hamburger pour la première fois de sa vie; à ce moment là, séparé de toute contrainte et libre, il décide d'aller voir Quennie et de lui donner cette lettre en main propre. Le voilà parti pour 87 jours et 1000 kilomètres de marche.
 
Tout au long de son périple, il va faire le point sur sa vie. Son couple n'en est plus un, Maureen et Harold se sont perdus, déchirés, on comprend rapidement que les relations avec leur fils n'ont pas été de tout repos et que de fil en aiguille Maureen a déserté la chambre conjugale et rentré dans un mutisme : ils se sont depuis longtemps perdus.
 
De son côté Maureen est complétement abasourdie, Harold est parti, sans équipement, sans téléphone et avec ses chaussures bateau !! puis elle se dit que c'est normal car elle ne lui a pas facilité la vie.
 
Donc à tour de rôle, nous allons suivre leur évolution, Harold dans son pélerinage qui va au fur et à mesure attirer les badauds, les profiteurs de sa soudaine notoriété, les vrais écorchés  ...  et Maureen qui sent que son mari lui échappe . On assiste à une vraie introspection des deux personnages.
Harold va faire des rencontres et il va vite se rendre compte que chacun traine des casseroles, des soucis. Cette marche va devenir vitale pour continuer à vivre.
 
J'ai passé un bon moment de lecture, c'est un livre facile à lire, divertissant et sympathique. Les chapitres sont courts, ce qui donne du rythme à ces rencontres pourtant cela n'a pas suffi à gommer certaines longueurs.
L'histoire est quand même un peu cousue de fil blanc : aucune mauvaise rencontre, aucun problème de santé majeur  même si Harold est perclus de courbatures, d'ampoules au pied, il continue son grand voyage en quête de redemption.
Tag(s) : #Mes lectures 2012, #Contemporain, #Rachel Joyce