Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homme du lac

Arnaldur Indridason

Editions Métailié

349 pages

 

9782864246381

 

A la suite des tremblements de terre d'Islande en juin 2000, le lac de Kleifarvatn se vide peu à peu. Une géologue chargée de mesurer le niveau de l'eau découvre sur le fond asséché un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Erlendur et son équipe se voient chargés de l'enquête.

Il dormait au fond d'un lac depuis soixante ans. Il aura fallu un tremblement de terre pour que l'eau se retire et dévoile son squelette, lesté par un émetteur radio recouvert d'inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Qui est donc l'homme du lac ? L'enquête révèlera au commissaire Erlendur le destin tragique d'étudiants islandais confrontés aux rouages implacables de la Stasi.

 

Mon avis : J'ai un petit faible pour cet auteur Islandais qui nous régale avec ses polars nordiques. Ce que j'aime par dessus tout c'est que nous suivons dans ses différent livres, toujours les mêmes personnages mais à travers de nouvelles enquêtes. J'aime bien les héros récurrents surtout ceux de cet écrivain qui sont très attachants. Les déboires familiaux de Erlendur font partie intégrante de l'enquête policière et on les suit avec plaisir.

 

Deux parties dans ce livre, une première ou l'on suit l'enquête en Islande : un squelette est retrouvé dans un lac, attaché a un émetteur radio russe et une deuxième partie qui se déroule 50 ans en arriére que j'ai moins aimé où l'on suit des étudiants Islandais venus étudier en Allemagne de l'est les bienfaits du communisme, une tournure plus politique.

Cette deuxième partie très présente au début du livre alourdit l'action mais est nécessaire pour la compréhension de l'intrigue ; dommage qu'elle ait été trop longue parfois.

 

Sinon, une enquête policière rondement menée par notre commissaire, les indices nous sont dévoilés avec parcimonie, c'est toujours limpide, simple. Jamais rien de compliqué, de tortueux, pas de sang. Un polar classique et très agréable comme quoi on peut faire du bon sans tomber dans le gore ...

 

Il me semble qu'au terme de cette enquête Valgerdur, une femme que l'on a connu dans "La voix" va prendre un peu plus de place dans la vie d'Erlendur.  

 

Après avoir lu La cité des jarres, La femme en vert (mon préféré), La voix, Il me tarde de récupérer Hiver Arctique.

Tag(s) : #Mes lectures 2011, #Thriller, #Arnaldur Indridason