Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'équation Africaine

Yasmina Khadra

Editions Juillard

327 pages

 

9782260019602

 

A la suite d'un terrible drame familial, et afin de surmonter son chagrin, le docteur Kurt Krausmann accepte d'accompagner un ami aux Comores.
Leur voilier est attaqué par des pirates au large des côtes somaliennes, et le voyage "thérapeutique" du médecin se transforme en cauchemar. Pris en otage, battu, humilié, Kurt va découvrir une Afrique de violence et de misère insoutenables où "les dieux n'ont plus de peau aux doigts à force de s'en laver les mains". Avec son ami Flans et un compagnon d'infortune français, Kurt trouvera-t-il la force de surmonter cette épreuve ? En nous offrant ce voyage saisissant de réalisme qui nous transporte, de la Somalie au Soudan, dans une Afrique orientale tour à tour sauvage, irrationnelle, sage, fière, digne et infiniment courageuse, Yasmina Khadra confirme une fois encore son immense talent de narrateur.
Construit et mené de main de maître, ce roman décrit la lente et irréversible transformation d'un Européen, dont les yeux vont, peu à peu, s'ouvrir à la réalité d'un monde jusqu'alors inconnu de lui. Un hymne à la grandeur d'un continent livré aux prédateurs et aux tyrans génocidaires.

 

Mon avis : Kurt méne une petite vie paisible en tant que médecin généraliste à Frankfurt; marié à Jesicca sa vie semble toute tracée ; mais sa femme, au fil des jours devient taciturne, bizarre, éloignée. En rentrant du travail un soir, il la retrouve morte dans la baignoire, elle s'est suicidée.

Anéanti, il décide de suivre son ami Hans dans son projet humanitaire et part sur son voilier équiper un hôpital au profit d'une organisation caritative. Au large des Comores, ils sont arraisonnés et kidnappés.

 

Là, débute le cauchemar, c'est très violent, malsain, les conditions de détention sont insalubres, ils sont trimbalés de cache en cache, ils sont battus et mal nourris. Ils font la connaissance de Bruno, un fervent amoureux de l'Afrique, détenu lui aussi, mais qui ne cessera jusqu'au bout de louer ce magnifique pays.

 

J'avoue que j'ai eu du mal à certains moments, surtout quand Kurt dans les moments d'abattement nous livre ses sentiments, c'était une véritable introspection. Certains passages étaient assez longs. Chaque personnage dans ce livre semble trainer un traumatisme, il en est de même pour Joma, le plus barbare de tous les kidnappeurs.

 

Ce livre, c'est l'absurdité de deux continents. Une dernière partie moralisatrice, le blanc a tout et le noir n' a rien, mais il est plus heureux que toi et plus combatif ...  quand le blanc s'enlise dans des problèmes absurdes, le noir chez lui, tout est question de survie.

 

Yasmina Khadra nous montre dans ce livre, une vraie différence de culture mais n'arrive pas à éviter les clichés, c'est dommage.

 

Extraits :

 

- "La solitute est une mort lente,  je ne suis plus sûre d'être encore de ce monde"

 

-  "Mais il est des choses avec lesquelles on ne négocie pas, Kurt. Paula, est partie, comme meurent tous les jours des milliers de personnes honnies et vénérées. La vie est ainsi faite. Chagrin ou pas, deuil ou banqueroute, le jour continue de se lever et rien de saurait retarder la nuit."

 

- "Un jour que nous nous promenions dans les bois, tous les deux, je lui ai demandé comment on fait pour devenir écrivain. Mon grand-père m'avait montré une ruine et m'avait dit : "Tu vois cette dalle ? Elle doit peser combien d'après toi ? Au moins une tonne, n'est ce pas ? Eh bien, c'est un nain que l'a transporté sur son dos de la carrière, là-bas, jusqu'ici." Je lui avais dit que c'était impossible, qu'il faudrait une vingtaine d'hercules forains pour déplacer la dalle d'un centimètre. Et mon grand-père de me dire : "La littérature, c'est à peu près ça. Trouver une histoire à chaque chose et faire en sorte qu'elle suscite de l'intérêt ... "

Tag(s) : #Mes lectures 2011, #Contemporain, #Yasmina Khadra