Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'âge des miracles

Karen Thompson Walker

Editions Presses de la Cité

329 pages

 

9782258092815.gif

 

Et si nos journées commençaient à s'allonger, d'abord de quelques minutes, puis de plusieurs heures, jusqu'à ce que le jour devienne la nuit et la nuit le jour ?

Une journée d'octobre apparemment comme les autres, l'humanité découvre avec stupeur que la rotation de la Terre a ralenti. Les jours atteignent progressivement 26, 28 puis 30 heures. Tandis que certains voient dans ce changement inexpliqué un signe que la fin est proche et cèdent à la panique, d'autres, au contraire, s'accrochent coûte que coûte à leur routine, comme pour nier l'évidence.
Bientôt, la gravité est modifiée et certaines personnes sont touchées par un syndrome provoquant des malaises à répétition, les oiseaux sont désorientés et s'écrasent, les marées se dérèglent et les baleines s'échouent...
En Californie, Julia est le témoin de ce bouleversement, et de ses conséquences sur la communauté, sa famille, et elle-même. Adolescente à fleur de peau, elle entre dans l'âge ou son corps, son rapport aux autres et sa vision du monde changent : l'âge des miracles.

Entre roman d'anticipation et d'apprentissage, L'Age des miracles est un livre visionnaire sur la capacité d'adaptation de l'Homme, poussée ici à son paroxysme.

 

Mon avis : Comme vous devez tous le savoir, une prophétie Maya annonce la fin du monde pour le 21 décembre 2012. Une petite explication s'impose : cette date signifie et marque en réalité la fin des 5125 années du calendrier Maya. A partir de cette date, il pourrait y avoir de grands changements climatiques et des événements cataclysmiques, voir la fin du monde  ... donc pour ça, on en reparle le 22 !

 

Julia a aujourd'hui vingt trois ans et nous explique que les grands changements sont apparus quand elle en avait onze,  tout d'abord ils sont venus imperfectiblement, les journées se sont rallongées de quelques minutes puis d'heures en heures. 

 

Pourtant aucun signe avant coureur ne laissait présager les grands bouleversements qui auront  lieu. Les marées deviennent  gigantesques, les champs magnétiques s'inversent, les oiseaux tombent, les lanceurs au base-ball voient leur balle ralentir .... la population se divise, certains pronent de suivre les cycles de la nature , d'autres le non changement. Les plus fragiles tombent malade.

Julia est là et témoigne au travers de sa famille et de sa vie d'ado.

 

Les lecteurs d'humeur morose éviteront cette lecture,  je dirai même que ce n'est pas très gai. L'athmosphére est constamment étouffante et certaines parties sont un peu inquiétantes.

Pourtant j'aurais aimé un peu plus de noirceur, de tension dans cette univers cataclysmique. De toute façon, la fin ne nous laisse non plus de grandes illusions.

 

J'ai beaucoup aimé, je ne suis pas toujours fervente de la "happy end".

Tag(s) : #Mes lectures 2012, #Science-fiction, #Karen Thompson Walker