Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Delirium tome 1

Lauren Oliver

Editions Hachette Black Moon

456 pages

 

9782012028579.gif

 

Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme le plus grand des maux. Un monde où tous les adultes de 18 ans subissent une opération du cerveau pour en être guéris. A quelques mois de subir à son tour « la Procédure », Lena fait une rencontre inattendue… Peu à peu elle découvre l’amour et comprend, comme sa mère avant elle, qu’il n’y a pas de plus grande liberté que laisser parler ses sentiments. Même si cela implique de quitter ses certitudes…
« Ils prétendent qu’en guérissant de l’amour nous serons heureux et à l’abri du danger éternellement. Je les ai toujours crus. Jusqu’à maintenant. Maintenant, tout a changé. Maintenant, je préférerais être contaminée par l’amour ne serait-ce qu’une seconde plutôt que vivre un siècle étouffée par ce mensonge. »

 

Mon avis : En général, j'aime beaucoup les livres de science fiction/jeunesse c'est souvent une jeune héroïne qui évolue dans un monde futuriste. Je me suis donc lancée dans cette saga et je dois dire qu'il me tarde vraiment de lire la suite car j'ai passé un excellent moment de lecture.

 

Nous sommes dans un monde futuriste où l'amour est considéré comme une grave maladie qui s'appelle "Amor Déliria Nevrosia". L'amour est considéré comme un délire, une névrose et c'est à l'âge de 18 ans que les jeunes gens subissent "La procédure" c'est à dire une opération qui va les immuniser toute leur vie.

 

Lena vit chez sa tante, son père est mort, sa mère s'est suicidée car elle n'a jamais pu être soignée bien qu'elle ait subi "La procédure" quatre fois. En désespoir de cause, elle s'est jetée d'une falaise.

Elle va vivre son dernier été avec enthousiasme et fébrilité en attendant de subir l'opération qui la guérira de la maladie de sa mère mais elle va aussi rencontrer Alex et découvrir que le gouvernement ne leur dit pas toujours la vérité.

 

Ce livre est vraiment dérangeant par certains côtés, les gens sont privés de sentiments, ils sont froids, distants, tristes  et semblent toujours désagréables. Tout est conçu à l'avance les mariages, le nombre d'enfants, ça fait froid dans le dos mais heureusement au milieu il y a Lena et Hana qui aménent une bouffée de gaité.

C'est surtout le côté amour filial qui m'a le plus géné car on a vraiment l'impression que les parents n'aiment pas du tous leurs enfants.

Pourtant il y a aussi des personnages attachants comme la petite Grace ou Hana l'amie de Lena.

 

Un univers pas vraiment enchanté, des rondes de nuits, des couvre-feux, des contrôles d'identités inopinés, tout le monde est répertorié, surveillé, tout n'est pas rose dans ce nouveau monde.

 

Des dialogues, du rythme mais parfois le manque d'action m'a fait penser que l'histoire s'enlisait un petit peu, la fin est tout simplement terrible et il me tarde que d'une chose lire la suite.

Tag(s) : #Mes lectures 2012, #Jeunesse, #Lauren Oliver