Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Le prisonnier
Anne Plantagenet
Stock - 139 pages

Les hommes sont arrivés chez Julia en pleine nuit. Ils se sont présentés à plusieurs, cinq, six, elle n'est plus très sûre, ils ont tambouriné à sa porte comme des forcenés et ils ont dit tu dois venir l'institutrice, tout de suite, on a arrêté Papa, il est là, à deux pas, il faut que tu lui apportes à manger et que tu le nettoies un peu, tu sais, il n'est pas beau à voir, allez viens. C'était au milieu du noir et c'est ce qu'ils ont dit, braillé, grogné même, tu dois venir l'institutrice, avec des gestes paniqués, implorants. Voilà comment ça s'est passé. Les gars étaient fous, leurs yeux brillaient de fièvre, on aurait cru qu'ils avaient vu le diable. Julia ne comprenait pas leur effroi et pourquoi elle-même, comme elle l'éprouvait avec gêne, s'en trouvait atteinte. La traque de Papa qui maintenait tout le monde en alerte depuis des mois ne l'intéressait pas.

Mon avis : Les gens du village ont arrêté Papa et comme le maire n'est pas là, on va chercher l'institutrice et on lui demande de s'occuper de lui. Bléssé, enfermé dans l'école Julia va devoir surmonté son mal être et chasser ses démons.

Je reste un peu partagé sur cette lecture, je n'ai pas trop aimé les nons dits. On ne sait pas qui est Papa ce qu'il a fait, à quelle époque on est et où se situe l'action... on navigue un peu dans le flou. On apprend juste qu'il est marié et qu'il menait une bande.
J'ai bien aimé l'introspection de Julia 19 ans qui abandonnée par Abel s'enfonce dans la dépréssion boit et se défigure et se sent regardée et jugée par le village.
Les phrases sont courtes, se qui donne une ambiance assez oppréssante.

7/10

Tag(s) : #Mes lectures 2009, #Contemporain, #Anne Plantagenet